Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 17:34

1-Naissance et jeunesse :

  Abdelhamid Ibn Badis naquit à Constantine le 05 décembre 1889 au sein d'une famille patricienne dont les origines remontent aux Banou Ziri auxquels se rattache Boulkine ben Menad, fondateur d'Alger. L'enseignement primaire lui fut dispensé par un précepteur, Cheikh Hamdane Lounissi, et il apprit très jeune le Coran.


  En 1908, Ibn Badis se rendit à Tunis pour continuer ses études à la mosquée Zitouna où il fut l'élève de Tahar Ben Achour et obtint, 4 années plus tard, al ijaza, qui est le diplôme de licence délivré par la Zitouna.
De Tunis, il se rendit au Hedjaz pour accomplir le pèlerinage et s'établit à Médine où il retrouva son premier maître Hamdane Lounissi. Il poursuivit l'acquisition du savoir jusqu'à l'obtention du grade de 'aalem (savant).
Sur le chemin du retour vers l'Algérie, il fit un détour par le Caire où il reçut l'enseignement de Cheikh Rachid Redha.

 

 

2- Son action réformiste :

  Lorsqu'il s'installa à Constantine, Cheikh Abdelhamid ibn Badis commença sa mission réformatrice après que sa conscience islamique eût mûri et qu'il fut influencé par les idées de la Ligue islamique. Il réalisa que la voie de la réforme passait par l'instruction parce qu'un peuple ignorant ne pouvait comprendre le sens de la libération et de la lutte contre le colonialisme. C'est pour cette raison que Ibn Badis commença à ouvrir des écoles et prit en charge lui-même l'enseignement. Il concentra son action sur l'enseignement aux adultes en ouvrant des centres d'alphabétisation. Il s'intéressa également à l'instruction des jeunes femmes dans la mesure où il ouvrit la première école de filles à Constantine en 1918, considérant que l'instruction de la femme était l'une des conditions essentielles pour la renaissance de la société sans que cela ne signifie pour autant la négation des traditions et valeurs islamiques.


  Ibn Badis étendit son action par l'ouverture d'écoles dans différentes régions du pays, encadrées par des chouyoukhs tels que Cheikh El Bachir al Ibrahimi, Moubarak El Mili et d'autres…Il contribua également à l'ouverture de clubs culturels tels que le club at-taraqi à Alger et aida à la création d'associations théâtrales et sportives.


- Sa démarche dans le réformisme :

  Pour son appel à la réforme de la situation de la société, Ibn Badis adopta la méthode de la persuasion et combattit les confréries et le soufisme qui avaient engendré des us et coutumes contraires aux vrais préceptes de l'Islam. Il rejeta également les querelles marginales entre les chouyoukhs des différentes zaouias, appelant à une compréhension juste de l'Islam, loin de toute mystification ou charlatanisme, refusant le mimétisme aveugle ainsi que tout lien avec l'administration coloniale, résumant son projet réformiste comme suit: "L'islam est notre religion, l'arabe notre langue et l'Algérie notre patrie".
Il s'opposa aux assimilationnistes et les combattit à travers ses idées, ses écrits et ses conférences. Il exprima ses idées dans les journaux "ech-chihab (le météore), al mountaqid (le censeur) et al baçaïr (la clairvoyance).

 

 

  En 1919, à Sidi Boumaza, la première école de filles est ouverte sous son impulsion. Ben Badis se chargera lui même, avec le concours de Moubarak Al-Mili, de dispenser les cours comprenant très tôt que l’instruction des filles est un paramètre incontournable pour tendre à la renaissance de la société algérienne

 

ImageParallèlement à ses intenses activités socio-éducatives, le Maître, avec sa clairvoyance habituelle doublée d’un remarquable pragmatisme, va investir, dans une première étape, les espaces socioculturels en milieu urbain. Ainsi il encourage, organise et parraine l’éclosion de nombreuses sociétés musicales essaimées à travers le territoire national, ainsi que des troupes théâtrales et des formations sportives.

 · il a été l’un des premiers leaders à avoir su comprendre l’apport considérable qu’on pouvait tirer du mouvement scout pour encadrer et structurer l’organisation de masse des jeunes.

 · par ailleurs, des centres culturels voient peu à peu le jour, toujours sous son instigation et son égide dont le plus célèbre, le Cercle du Progrès, à Alger était animé par Tayeb Al-Oqbi, un fidèle compagnon du Maître.

 


Ibn Badis s'intéressa également à la diffusion de la culture islamique à travers la construction

 

d'écoles et de mosquées, l'élargissement de l'activité de propagande, culturelle et médiatique.
C'est ainsi qu'il oeuvra avec ses compagnons Cheikh El Bachir al Ibrahimi, Larbi Tébessi et Tayeb El Oqbi à la création de l'Association des Ulémas Musulmans Algériens le 05 mai 1931 dont il fut élu président jusqu'à sa mort le 16 avril 1940, à l'âge de cinquante et un ans.
Il fit partie de la délégation du Congrès Musulman qui se rendit en 1936 à Paris pour présenter les revendications du congrès au gouvernement français.
A son retour, il prononça un discours remarquable lors du rassemblement organisé par le Congrès le 02 Août 1936 pour présenter les résultats de sa démarche. Ses talents d'orateur firent du discours d'Ibn Badis l'expression des revendications du peuple algérien.

 

 

 Parmi ses oeuvres:

 

Rappel bibliographique de son œuvre(en  langue arabe) :

·  Mabadi : El Oussoul –Texte présenté et annoté par A. Talbi, -Alger, SNED, 1980. -48p.

·  Alaqaid Al islamia Min Al Ayat Al qorania Wal Ahadith  An Nabawiyya -Texte annoté et commenté par Mohammed Hassen Foudhala -Constantine, Dar el Baath, 1985. -120p.

·  Athar Abdelhamid Ibn Badis –Alger, Ministère des affaires religieuses, 1985- 4vol.

·  Madjaliss At-Tadhkir –Alger, Ministère des affaires religieuses, 1991.

 

Rappel Bibliographique critique de son œuvre (en langue française) :

· Ali Merad –Ibn Badis, commentateur du Koran (deux éditions existent)  -Paris, Geuthner – 269p.

 -Alger, SNED, 1971, -269p.

· Ali Merad-le Réformisme musulman en Algérie de 1925 à 1940 : Essai d’histoire religieuse et sociale

 –Paris, Mouton, 1967 – 474p

Fondateur du  journal Al-Muntaqid  -le Censeur-

Fondateur du  journal Ach – Chihab - Le Météore

 

 

 

 

  IBen Badis à Tlemcen (1937)

 

Repost 0
Published by cheimaestrella - dans Histoire de l'ALGERIE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de cheima
  • Le blog de cheima
  • : mon blog va reflaiter ma personnalité? il va mettre au concrêt,mon sens d'humour!!!,mes rêves d'enfances?!,la nature de mon caractère++et surtout,mes capacités???. j'essayerai de vous surprendre,je désire de tout coeur que mon chef-d'oeuvre gagne l'admiration de tous?!!! le caractère c'est la destiné. cheima
  • Contact

phrase en or

Recherche

Une détente pour votre coeur

 


 

 


 

 

 

 

 

                                                                                                                              

  

 

ma bien-aimée

OBJECTIF

 

L'UNIQUE

la lumière et droit chemin

 

canstock2668390.jpg 

Liens